AIME IMAGINE MONET une histoire d’amour…

Il y a deux semaines, j’ai eu le plaisir de retrouver mes trois amies, Bélita, Marie-Pier et Sophie pour aller visiter l’Exposition Immersive – IMAGINE MONET.  Deux années se sont envolées, depuis notre dernière sortie de filles.  Les différentes vagues et les re-confinements successifs, avaient jusque-là, eu raison de nos retrouvailles.  Mais cette fois-ci, après avoir reporté nos billets pour laisser passer la dernière vague, nous y sommes enfin arrivées! Ça se passe à l’ARSENAL art contemporain dans Griffintown.

Je ne me souviens pas du premier tableau qui a éveillé cet amour qui a traversé les années.  Un peu comme une amitié qui prend ses distances, mais que l’on redécouvre avec plaisir, exactement là, où on l’avait laissé. C’est ce qui est arrivé avec mes amies; et c’est ce qui s’est produit ce jour-là, quand je me suis retrouvée au beau milieu des œuvres de mon vieil ami Claude Monet.

Il y a quelque chose d’inhabituel de voir des œuvres en formats géants, comme si on s’approchait pour y entrer.  Étrange, parce que les œuvres impressionnistes sont ni précises ni détaillées au point d’avoir besoin de s’y approcher.  C’est plutôt de loin, avec un certain recul, que les œuvres suggèrent un paysage, des couleurs, une lumière. En s’approchant de si près, elles deviennent floues et même un peu diluées.  Mais ceci dit, la magie se passe et l’expérience est belle, apaisante et inspirante. C’est aux couleurs et aux impressions de Monet mais aussi au son de la musique de Debussy, Massenet et Ravel, que j’ai vu les 35 dernières années de ma vie… défiler devant moi.

1986/2.02.2022

Nous sommes en 1986, j’ai 17 ans, je viens tout juste d’avoir mon permis de conduire et j’annonce à ma mère que je prends sa voiture (avec Marie-Pier et Sophie) pour aller, pour la première fois, à Québec. Nous allons voir une Exposition au Musée des Beaux-Arts de Québec.

Les tableaux des maîtres impressionnistes et postimpressionnistes français de l’Union soviétique.  Étrange coïncidence et souvenir du passé où la Russie était encore URSS.  C’était avant que tombe le mur et la guerre froide. Trente-cinq ans plus tard, au moment où nous visitons IMAGINE MONET, l’armée russe envahit l’Ukraine.   Il n’y a pas de mots pour décrire la mort qui guette le peuple d’Ukraine, qui tout comme nous, il n’y a pas très longtemps, visitaient des expositions, assistaient à des concerts, allaient travailler et se remettaient eux de cette Pandémie qui a secoué le monde entier.

1987

Moins d’un an plus tard, Marie-Pier, Donald et moi, partons en voyage à Boston en 1987, pour aller visiter l’Expo Monet in the ’90s. : The Series Paintings. 

Je revois encore ce douanier, un peu grognon, qui s’est probablement amusé à nous passer en interrogatoire; et qui avait surtout, bien du mal à croire qu’à 18 ans, nous allions vraiment voir une Expo. On était si sages!

Aux débuts des années 1890, Claude Monet peint et expose ses premières ‘’Séries’’. Les Peupliers, Les Meules et de La Cathédrale de Rouen.  

‘’Monet désire capter le temps qui passe, la lumière changeante, le mouvement du vent qui fait bouger les feuilles des arbres.  Il tente de saisir la fugacité de l’instant toujours riche des possibles’’

Si de loin on discerne un motif (figures, paysages, fleurs, villes), dès qu’on s’approche, tout sujet reconnaissable devient un mirage…’’ Imagine Monet Exposition Immersive

J’aime penser que Monet a fait naître ma passion intarissable, pour les paysages changeants au gré de la lumière et du temps. 

1991

Les Coquelicots. Peinture à l’huile (1873) de Claude Monet. (Musée d’Orsay, Paris.)

Il y a eu plusieurs autres expos visitées avec Marie-Pier, à Ottawa, à New York et j’en oublie probablement… et il y a eu bien sûr, en 1991, ce voyage en France. Un voyage de Lehoux, avec ma sœur, ma mère et mon père qui nous a amené en France sur les routes de nos ancêtres.

Un voyage haut en couleurs et en souvenirs qui se termine quelques jours à Paris. Je planifie alors une visite à Giverny. Je me rappelle avoir souhaité y passer une journée entière, à regarder la lumière tranquillement se transformer sur les jardins qui avaient inspirés Claude Monet jusqu’à la fin de sa vie. Ma mère et ma sœur m’accompagnent pour ce dernier après-midi libre dans la Ville Lumière.

Nous voilà donc, dans l’Autocar avec une petit groupe certainement passionnés de Monet et un guide tout aussi charmant que captivant.  Tout au long de la route, il nous raconte Monet et il propose un arrêt pour déguster une tarte aux pommes à Vétheuil, où Monet a vécu avant de s’établir à Giverny. Tout semblait parfait, la tarte était délicieuse, mais le temps s’était envolé. Nous reprenons donc la route vers Giverny.  Google Map n’existait pas, nous étions à la merci du temps (et du guide) et je réalise aujourd’hui que le projet était un bien ambitieux.  Je découvre aussi (aujourd’hui) que Giverny est sur le bord de la Seine qui serpente la campagne jusqu’à Paris.

Nous arrivons enfin à Giverny, à la Maison et aux jardins de Claude Monet. Notre, maintenant, moins charmant guide nous informe que nous sommes arrivés et que l’autocar repartira dans 45 minutes !!!  La colère qui est montée en moi, je ne vous dis pas !!! Rappelons-nous que j’avais rêvé me perdre dans les jardins, de regarder passer le temps et de vivre la lumière sur les nymphéas qui nous avait tant fait rêver…

Crédit Photo : Fondation Claude Monet

Je me précipite furieusement à l’extérieur de l’Autocar et dit à ma mère et à ma sœur, oubliez-moi et on se revoit dans 45 minutes!   C’est en courant que j’ai visité Giverny… Pas croyable! Je vais retrouver les photos de cette visite éclair, mais j’en ai tout de même gardé, un doux souvenir, presque partagé avec ma mère et ma sœur… qui m’ont laissé passer ma rage plus impressionnante… qu’impressionniste!

Si vous avez envie de découvrir les Jardins, les Fleurs, la Maison et l’Univers de Claude Monet, je vous suggère une visite sur le site de la Fondation. De magnifiques visites virtuelles qui vous transporterons dans ce lieu merveilleusement paisible.

Fondation Claude Monet – Giverny

Les Carnets de Cuisine de Monet

Les Carnets de Cuisine de Monet

De cette visite, je crois… (mes souvenirs sont aussi parfois impressionnistes…), j’ai conservé ce livre qui me rappelle magnifiquement cette belle maison rose aux volets verts au milieu d’un jardin des plus beaux rêves. 

Je dois avouer que de tout le livre, je n’ai réalisé qu’une seule recette.  La plus simple et la seule dont je comprenais les quantités et ingrédients (à l’époque…).  Les Escalopes Foyot qui sont devenues, Escalopes de veau à la Monet et qui font encore aujourd’hui, partie de mes recettes préférées. Tout simple et délicieux!

Tant de souvenirs dans ma vie sont liés aux œuvres de Claude Monet.  Les Coquelicots de Monet sont devenus les Coquelicots de ma mère.  Je me rappelle encore ce moment, dans l’Autocar, où nous avions demandé au chauffeur de s’arrêter pour prendre en photo un champ de coquelicots au passage.  Notre gentil chauffeur, qui s’était bien amusé à nous voir nous exclamer devant ce champs… de mauvaises herbes!  Il n’avait sans doute jamais rencontré Monet!

Il y a eu cette couette que je voulais aux impressions de Monet… Il y a bien sûr eu des affiches laminées et encadrées… beaucoup de laminés.  C’était les années 90!  De ces laminés, il ne me reste que quelques photos de ma chambre d’ado… qui resteront dans mes tiroirs et dont je ne révèlerai pas, ce côté artistiquement… désordonné!

Les Nymphéas de Monet par Patrice Lacoste

Il y a quelques années, j’ai pris possession (avec l’accord de l’artiste) d’une toile de mon ami Patrice Lacoste.  Nymphéas, inspiré de Monet. Tous deux, artistes et jardiniers. Cette œuvre aux bleus aquatiques profonds, énergiques et envoutants, m’a suivie dans quatre demeures. Elle fait maintenant partie de notre paysage intérieur et nous continuera de nous suivre…  Merci à l’artiste pour son don… fortement sollicité!

Les Nénuphars au Lac du Moulin

Au cours des deux dernières années de Pandémie, lors d’une de nos nombreuses promenades de thérapies végétales, au Parc du Mont Saint-Bruno, j’ai eu l’immense bonheur de découvrir ces merveilleuses compositions de nénuphars. Comme si mon vieil ami, Claude Monet, était venu nous dire bonjour.

Tous ces beaux souvenirs et j’ai presque oublié de parler de l’Expo Imagine Monet – Exposition Immersive.  Je vous invite maintenant à entrer dans mon expérience et vous propose d’aller à cette rencontre bien unique, remplie de paix, de beauté et de bienveillance.

L’exposition se poursuit jusqu’au 27 mars 2022 à l’ARSENAL art contemporain, Montréal.

Si vous avez envie d’entendre la musique qui accompagne doucement notre visite…

Spotify – Imagine Monet – Trame sonore de l’exposition Imagine Monet – Tandem

Entrez voir…

Merci Claude Monet,

d’avoir éveillé en moi, cette passion qui me fait voir les choses en couleurs et toutes en lumière.  Je reviendrai vous rendre visite à Giverny … avec bonheur et sans courir…