La vie en rose… 1985!!!

Nous sommes à la fin de l’été 1985, j’entre en Résidence au Cégep Marie-Victorin.  Comme tout le monde, j’aurais pu aller à Edouard Montpetit, mais j’avais envie de liberté et surtout… de quelque chose de différent.  Je me souviens de ces larmes, après le départ de mes parents; lorsque je me suis retrouvée seule dans ma chambre, au papier peint de vinyle jauni et un peu collant.

L’ennui n’a pas duré et la tristesse s’est rapidement dissipée lorsque que mes nouvelles amies sont arrivées. Marie-Pier, Sophie, France, Nathalie, Sylvie, Nancy, Yolaine, Colombe et j’oublie les autres. Deux années inoubliables de soupers en groupe, de longues confidences, de sorties nocturnes, de mauvais coups, de foux-rires, mais surtout de belles amitiés qui m’accompagnent encore, 36 ans plus tard.

Et puis mes cours ont débuté, Sciences Pures… oui, Sciences Pures! Un passage que je croyais alors obligé mais que je ne regrette pas, la plupart des jours… Chaque étape, chaque détour, chaque personne m’ont mené jusqu’ici, aujourd’hui.

Je ne me souviens pas quand j’ai entrepris de rénover ma chambre de résidence; pas plus que d’avoir demandé de permission.  J’imagine que nous avions le droit de peindre les murs et c’était juste assez pour me lancer dans cette grande transformation tout en rose. Je ne me souviens pas plus de combien de temps j’ai mis à le faire, mais je me souviens encore d’entendre Marie-Pier dire… ‘’Bon, ça sent encore la peinture… Mylène doit peinturer son plafond’’. Il devait bien être jauni lui aussi, pour qu’un jour, l’idée me vienne de le peindre en damier rose et blanc!  Avec mon escabeau rose, un carreau à la fois, j’ai tranquillement repeint le plafond de ma chambre.

Aucun reproche des gardiennes qui habitaient pourtant avec nous, juste au bout du corridor. Tout y est passé… les murs, le plafond, les meubles et même la porte.  Pendant ce temps, je n’étudiais pas beaucoup; ce qui a bien fini par me rattraper.  Un jour, avec Jean-Paul dans un cours de chimie, j’ai réalisé, que j’avais cessé d’écouter. Les études ne se sont pas terminées, elles se sont plutôt étirées. Malgré tout l’aide de Donald en programmation et un échec retentissant en chimie, j’ai bien fini par terminer mon premier DEC en Sciences Pures.

Ma chambre rose aura marqué mon passage à la Résidence.  Personne ne l’a oubliée.  Ce souvenir a toujours été très présent tout au cours de ma vie; mais quand j’ai trouvé ces photos dans un album oublié, je me suis demandé comment j’avais bien pu ignorer cette petite voix… qui parlait pourtant si fort.

Pour ce qui est de la Résidence, aucun blâme n’est jamais venu.  Ils m’ont bien fait une demande au cours de la deuxième année, celle de permettre aux futures résidentes de venir visiter ma chambre… devenue une chambre modèle!

A mes parents qui ont toujours fait de leur mieux pour m’encourager à suivre ma voie…

Leave a Reply