Recommencer à rêver… Dessiner dans la sable!

Ce matin, je ne sais trop pourquoi, je me suis surprise à imaginer quel serait cet endroit que je choisirai de visiter, le jour… où ça sera enfin possible. Pourtant, il n’y a que quelques jours encore, je me disais que ça n’arriverait peut-être plus jamais. Optimiste, pessimiste et réaliste… Est-ce possible d’être tout ça à la fois? Ces jours-ci, il me semble que ce soit devenu le cas pour chacun de nous, passagers de cette montagne russe pandémique.

Ceux qui me connaissent bien, sauront que c’est certainement le chant des sirènes de Cape Cod que j’entends au loin. Qui sait, quand nous pourrons à nouveau franchir, cette frontière qui s’est érigée dans nos vies. Mais aujourd’hui, il n’y a plus seulement Cape Cod qui m’appelle, il y a aussi cet endroit qui m’a attendu si longtemps. J’ai pensé, vous y emmener avec moi.

C’était l’été 2019, l’été de notre mariage, l’été où nous sommes littéralement tombés en amour avec cette Nouvelle Écosse. Dans mes nombreuses valises, j’avais des fleurs, des chandelles, tout plein de choses absolument essentielles… mais aussi mon râteau!

Balai à feuilles téléscopique – Telescopic Rake – Yardworks

J’ai découvert ce bonheur avec mon Barry, par un merveilleux weekend d’automne à Ogunquit, Maine. Un plaisir insoupçonné, une activité inusité, une création complètement éphémère, celle de Dessiner dans le sable.

Dessiner dans le sable – Ogunquit, Maine

Il s’est écoulé 7 ans pour que je reprenne à nouveau mon râteau.  Une magnifique plage juste pour nous, à quelques pas de ce lieu tout autant merveilleux, Seasky Cottage. Une semaine qui aurait pu durer toute une vie.

Chimney Corner Beach – Cape Breton – Nova Scotia

SeaSky cottages – Cape Breton

Le sable était idéal, lisse et bien tassé.  La marée avait préparé un canevas parfait, ce petit monticule de sable, qu’elle ne tarderait à recouvrir.  C’est donc avec mon surveillant de marée, que j’ai traversé ce petit filet d’eau qui nous sépara du reste du monde… l’instant de quelques heures.

Jusqu’à ce jour, le résultat final de mes créations ensablées, n’a jamais surpassé le bonheur ressenti de ces moments partagés, à créer des œuvres vouées à être effacées. Et si c’était justement ça, vivre dans le moment…

Ce matin… je me suis laissé aller à rêver d’ailleurs…

Rêver… pour aller dessiner dans le sable…

Rêver… parce que c’est bon pour santé !

2 Comments

  1. Tu s raison! C’est bon pour la santé de rêver qu’un jour nous pourrons refaire de beaux voyages! Pour l’instant nous avons ce privilège de se souvenirs des beaux voyages passés et nous réalisons que ces souvenirs deviennent encore plus précieux! Depuis quelques semaines nous regardons ceux que nous avons réalisés avec Will! Du bonheur pur! ❤️MerciMylene!

Leave a Reply